Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
bricoles

des tutos de bricoles et autres des photos anciennes chaque fois qu il y a un article et que vous povez prendre

vert galant

Pau est une commune du Sud-Ouest de la France,

préfecture du département des Pyrénées-Atlantiques

en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

La ville est située au cœur de l'ancien État souverain du Béarn, dont elle est la capitale depuis 1464.

Henri IV naît dans la nuit du 12 au 13 décembre 1553 à Pau,
 alors capitale de la vicomté souveraine de Béarn
, dans le château de son grand-père maternel le roi de Navarre..
Selon la tradition rapportée par les chroniqueurs
 André Favyn
),
Henri, aussitôt né,
est donc remis entre les mains de son grand-père qui l'emmène dans sa chambre,
lui frotte les lèvres avec une gousse d'ail
et lui fait respirer une coupe de vin
, sans doute de Jurançon,
où le roi de Navarre possédait une vigne achetée en 1553
Le futur Henri IV
est baptisé dans la religion catholique quelques semaines après sa naissance,
le 6 mars 1554, dans la chapelle du château de Pau, par le cardinal d'Armagnac
Ses parrains sont le roi de France Henri II et Henri II de Navarre (d'où le choix du prénom Henri Page d'aide sur l'homonymie)
, ses marraines sont la reine de France Catherine de Médicis
sa tante, veuve du comte de Rohan.
Pendant la cérémonie,
le roi de FranceHenri II est représenté par le cardinal de Vendôme, frère d'Antoine de Bourbon

 

 

 le roi Henri III reconnaît formellement son beau-frère et cousin issu de germain
le roi de Navarre comme son successeur légitime, et celui-ci devient le roiHenri IV

 

Pour Henri IV commence la longue reconquête du royaume,
car les trois quarts des Français ne le reconnaissent pas pour roi.
Lescatholiques de la Ligue refusent de reconnaître la légitimité de cette succession.
Le mariage
 
Portrait de Marie de Médicis.
 
Bustes affrontés d’Henri IV, le buste drâpé et de Marie de Médicis avec un large col en dentelle (médaille frappée en 1605).
 
Henri IV
Henri IV approche de la cinquantaine et n'a toujours pas d'héritier légitime. Depuis quelques années, Gabrielle d'Estrées partage sa vie mais, n'appartenant pas à une famille régnante, elle ne peut guère prétendre devenir reine. Se comportant tout de même comme telle, Gabrielle suscite de nombreuses critiques, tant de l'entourage royal que des pamphlétaires, qui la surnomment la « duchesse d'Ordure ». Sa mort survenue brutalement en 1599, sans doute d'une éclampsie puerpérale, permet au roi d'envisager de prendre une nouvelle épouse digne de son rang.
En décembre 1599,
il obtient l'annulation de son mariage avec la reine Marguerite,
 alors régnant.
La naissance d'un dauphin l'année suivante assure l'avenir de la dynastie de Bourbon.
En 1609, après plusieurs autres passades, Henri se prendra de passion pour la jeune Charlotte-Marguerite de Montmorency
. Le roi n'institua pas la poule au pot comme le plat national français comme on l'a dit.
Mais dans une querelle avec le duc de Savoie,
il aurait prononcé son désir que chaque laboureur ait les moyens d'avoir une poule dans son pot. 

 

 

 

 Son ministre Sully explique dans ses mémoires intitulés Les Œconomies royales sa conception de la prospérité de la France, liée au développement de l'agriculture : « pâturage et labourage sont les deux mamelles de la France.»

 

La fin du règne d'Henri IV est marquée par des tensions avec les Habsbourg
et la reprise des hostilités contre l'Espagne.
 Henri IV intervient dans le conflit de succession
 qui oppose l'empereur de confession catholique
aux princes allemands protestants qu'il soutient,
dans la succession de Clèves et de Juliers.
La fuite du prince de Condéen 1609 à la cour de l'infante Isabelle ravive les tensions entre Paris et Bruxelles. 
Henri IV estime son armée prête à reprendre le conflit qui s'était arrêté dix ans plus tôt. Le 25 avril 1610, François de Bonne de Lesdiguières, représentant d'Henri IV de France dans le château de Bruzolo en Val de Suse, signe le traité de Bruzolo, avecCharles-Emmanuel Ierduc de Savoie.
Tout en préparant la guerre, on s'apprête au couronnement officiel de la reine à Saint-Denis qui se déroule le .
Le lendemain,Henri IV meurt poignardé par François Ravaillac
, catholique fanatique, dans la rue de la Ferronnerie
 à Paris, alors qu'il se rendait à l'Arsenal
 visité Sully qui était souffrant.
L'enquête conclut à l'action isolée d'un fou.
Un examen des archives au xxie siècle suggère pourtant l'idée d'un possible complot
Après autopsie et embaumement
(son cœur placé dans une urne de plomb contenue dans un reliquaire d'argent
, le roi ayant promis sa relique royale au collège des jésuites de La Flèche
), le corps est exposé dans une chambre de parade du Louvre puis son effigie dans la salle des Cariatides
Henri IV est enterré à la basilique Saint-Denis le ,
à l'issue de plusieurs semaines de cérémonies funèbres qui commencent déjà à faire naître la légende du bon roi Henri
. Au cours du lit de justice tenu le 15 mai, son fils aîné âgé de neuf ans, le roi Louis XIII, proclame la régence de la reine Marie de Médicis, veuve de Henri IV
Henri IV eut six enfants de son mariage avec Marie de Médicis Henri IV et la famille royale : son épouse Marie de Médicis et ses quatre enfants Louis XIII, Élisabeth, Christine et Monsieur d’Orléans.
 
Descendants illégitimes
Henri IV eut également au moins 12 enfants illégitimes :

 

Dès son règne,
à la demande de ses conseillers tel Philippe Duplessis-Mornay
Henri IV utilise des imprimeries itinérantes pour diffuser portraits et tracts tentant de le faire passer pour un « prince idéal »
. Néanmoins les catholiques le considèrent comme un usurpateur, certains protestants l'accusent de trahison
puisqu'il a changé six fois de religion
et le peuple voit en lui un tyran prélevant de nombreux impôts.
Son assassinat par François Ravaillac le transforme en martyr

 

Le château de Pau continue de cultiver la légende du bon roi Henri.
On peut encore y voir son berceau fait d'une carapace de tortue de mer.
C'est dans la tradition béarnaise 
que son premier baptême se fit :
ses lèvres furent humectées de vin de Jurançon et frottées d'ail,
ceci pour lui donner force et vigueur.
Il doit son surnom de « Vert-galant »
à son ardeur envers ses 73 maîtresses officielles recensées,
lui donnant 22 enfants légitimes ou non reconnus qui vivent à la Cour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article